Case 002 Witnesses, experts and Civil Parties

Witnesses, experts and Civil Parties who have appeared in Case 002. Click on photo for larger version.

Mrs. HIN Sotheany

Mme Hin Sotheany, la compilatrice de la liste des prisonniers à S-21, a passé 24 mois d'avril 2014 à mars 2016. La liste a été préparée par elle, une consultante analytique sous la direction de Hiroto Fujiwara, chef de l'équipe d'analyse.

9 janvier 2017 Journée d’audience n° 497
Mr. VOEUN Vuthy

Voeun Vuthy est né le 5 décembre 1973 à Siem Reap. Il a perdu son père et cinq autres membres de sa famille au régime.

Il travaille actuellement pour le Ministère des Beaux-Arts. Il a étudié l'anthropologie à l'Université des Beaux-Arts puis a étudié au Japon, en Allemagne et en Italie. Il a également étudié à l'Université d'Hawaï dans la conversation et les restes d'os. Il a été impliqué dans des recherches sur l'archéologie relative aux ossements humains en 1988. Dernièrement, il a mené des recherches sur les restes osseux à Choeung Ek et Kraing Tang Chan, ainsi qu'à Prasat Padei et Kok Prech. Il a de nombreux projets, dont l'un était la conservation des restes des victimes dans le but de conserver les preuves disponibles avec les restes de ces victimes afin de préserver et d'enregistrer l'histoire qui s'est déroulée entre 1975 et 1979. Un autre objectif était d'enregistrer les restes des marques sur les os de ces victimes pour leur montrer la brutalité qui leur a été infligée. Le processus de conservation des os des victimes ainsi que l'analyse comporte 12 étapes, qui commencent par l'étude des marques et des traces et enfin la conservation des os afin qu'ils ne se décomposent pas.

En outre, ils ont interrogé des personnes qui travaillaient sur les sites sous le régime et d'éventuels témoins. Seulement à Kra Tanh Chan ils ont conservé 6 426 crânes. Ses études ont conclu que les victimes étaient mortes d'entraves, frappées à coups de gourdins à la tête, empoisonnées par des produits chimiques et des perforations d'oreille.

13 décembre 2016 Journée d’audience n° 492 , 14 décembre 2016 Journée d’audience n° 493
NONG Nim

Le témoin NONG Nim a témoigné au sujet de la rébellion de trahison pendant la période du Kampuchea démocratique. Selon son entretien avec DC-Cam, NONG Nim était le cousin, le messager, le chauffeur de SAO Phim et aussi son garde du corps personnel. NONG Nim a conduit SAO Phim à diverses réunions avec les dirigeants khmers rouges et les responsables du district et du secteur dans la zone Est. La Chambre conclut donc que les témoins supplémentaires étaient en position directe de témoigner et d'être interrogés au sujet de l'évolution de la situation dans la zone Est.

12 décembre 2016 Journée d’audience n° 491
2-TCW-823

Il a quatre enfants et une fille adoptive. Il a épousé sa femme en 1976, et même s'il n'avait jamais eu de relation amoureuse avec elle, il a dit que c'était un accord mutuel.

Ta Mut a présidé son mariage. Il a rejoint la révolution khmère rouge en 1970, d'abord au niveau du village, puis au niveau du secteur dans les forces de Kampot. Il a ensuite été transféré à la division 3 des forces de la zone sud-ouest, envoyé à Phnom Penh pour aider à la libérer, puis a été envoyé à Kampong Som aux côtés de toute la division 3, où il était le commandant du bataillon 560 du régiment 63. Il avait 300 hommes sous ses ordres, il devait organiser des munitions et de la nourriture à transporter vers les îles de Koh Ses ou Koh Thmei. On lui a dit qu'il y était déployé pour protéger leur territoire, car les îles étaient proches de la frontière avec Koh Tral, occupée par les Vietnamiens. Il a dit qu'il y avait eu de brèves attaques par des bateaux de pêche vietnamiens avec des armes, qui ont tiré en premier, puis son bataillon a répondu. Ses bateaux n'ont jamais traversé les eaux vietnamiennes, car il avait cru comprendre que le Cambodge ne devait pas attaquer le Vietnam. Il a dit que le régiment 63 était composé de trois bataillons : le bataillon 530, dont Vet était responsable, quant au 540 c'était Sary, et le témoin était responsable de 560. Il ne sait pas si Vet était Eung Vet. Il a assisté à des réunions au quartier général de la division où il a parlé à Ta Mut ou à frère Dim.

Après la libération de Phnom Pen, il a assisté à une session d'étude à l'Olympic où il a vu Son Sen. Seul Pol Pot a parlé pendant la session, qui a duré 4 jours, et il s'agissait de la défense et de la construction du pays. Il a été transféré à Phnom Penh en 1978, et y est resté environ 10 jours jusqu'à l'arrivée des Vietnamiens, il était chargé d'organiser l'évacuation de la main-d'œuvre. Il a rencontré Khieu Samphan à Phnom Penh.

12 décembre 2016 Journée d’audience n° 491 , 13 décembre 2016 Journée d’audience n° 492
2-TCW-971

Le témoin a été référé sous un pseudonyme (2-TCW-971) lors de l'audience car il a été interrogé dans le cadre de la phase d'instruction et a demandé une mesure de protection par le co-juge d'instruction international.

2-TCW-971 pour témoigner sur les factions internes conflictuelles dans la zone nord-ouest en relation avec le sujet du procès des purges internes. Ce témoin est un témoin anonyme interrogé par Robert LEMKIN (2-TCW-877) et THET Sambath (2-TCW-855) pour leur film "Ennemis du Peuple". Selon Robert LEMKIN, le témoin était un commandant militaire lors de la prise de Phnom Penh en avril 1975 et a ensuite fait partie de l'administration officielle de la zone Nord-Ouest sous l'instruction directe de POL Pot.

La Défense soutient que 2-TCW-971 a été envoyé travailler dans la zone Nord-Ouest et qu'il peut décrire les mauvaises conditions de vie des gens là-bas. Il soutient qu'il peut fournir un aperçu unique des conséquences des politiques et de la ligne du parti.

Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 09 décembre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 15 décembre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 09 décembre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 15 décembre 2016
2-TCW-920

Le témoin 2-TCW-920 faisait partie du mouvement Issarak dans les années 1950 et a rejoint les Khmers rouges vers 1966. Il a été affecté pour travailler pour Ruos Nhim et Nuon Chea en tant que messager entre Phnom Penh et Battambang. Ruos Nhim l'a nommé pour transmettre des messages à Nuon Chea. Il a confirmé que les deux dirigeants lui avaient également fait confiance pendant le Kampuchea démocratique. Il est devenu membre du parti.

Interrogé sur Ta Hoeun, il a dit qu'il avait été renvoyé par Ruos Nhim plus tard. Ruos Nhim se méfiait de Ta Hoeun. Il ne savait pas où Ta Hoeun avait été envoyé. Il a dit que Ta Chham avait également disparu et qu'en 1975, Ta Ngon était mort alors qu'il devenait commandant de division.

Interrogé sur l'arrestation de Ruos Nhim par le Sud-Ouest, il a répondu que c'était "parce que Ruos Nhim s'était joint aux yuon".

6 décembre 2016 Journée d’audience n° 488
Mr. NUON Trech

Nuon Trech est né dans le village de Trapeang Chuk, dans le district de Steung Trong, dans la province de Kampong Cham. Il a rejoint l'armée à l'âge de 15 ans. Oeun était son commandant de la division 310 et Voeung son adjoint. Il a travaillé comme médecin avant 1975, bien qu'il n'ait jamais reçu de formation. Il travaillait à l'hôpital de district de Chamkar Leu. En 1975, il a été transféré à l'hôpital d'état-major de zone. A la libération de Phnom Penh, il est transféré au K-99, puis dans un hôpital militaire. Il était chargé de soigner les soldats blessés et les personnes atteintes de paludisme. Il y travailla pendant près d'un an puis fut transféré au bataillon 314. Il fut arrêté à cet endroit, accusé de trahison.

Selon les souvenirs du témoin, le bataillon 314 et d'autres régiments ont été convoqués à une réunion dans une école au nord de Wat Phom. On leur a dit que leurs dirigeants étaient des traîtres et qu'ils devaient rester calmes. Ils ont entendu par haut-parleur une confession du commandant Oeun. Trech est retourné dans son unité et les chefs ont été arrêtés de temps en temps, aux côtés de leurs épouses. On leur a dit qu'ils avaient été réaffectés à d'autres endroits. Il a d'abord pensé qu'il avait été lui-même simplement réaffecté à un autre endroit et non arrêté. Il a été envoyé dans une cellule, supposée être à Tuol Sleng, jusqu'à ce que Yeat l'en fasse sortir. Il est ensuite retourné pour continuer à travailler comme médecin.

Ensuite, il a été lié au "réseau ennemi" et transféré à l'aérodrome de Kampong Chhnang pour être remodelé. En tant que prisonnier, on lui a également dit de brûler des explosifs dans la montagne et de casser des pierres pour construire l'aéroport. D'autres prisonniers qui travaillaient ont été grièvement blessés et même tués par les explosifs. Ils travaillaient de 4h du matin à 11h. Ils ont fait une pause d'une heure puis ont travaillé de 12h à 17h. Ils travaillaient tous les soirs de 18h à 22h. Il n'est jamais revenu à Tuol Sleng après 1979.

5 décembre 2016 Journée d’audience n° 487, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 6 décembre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 7 décembre 2016
Mr. SIN Oeng

Sin Oeng est né le 8 mars 1957. Il a fait partie d'une unité mobile d'avril 1975 à 1976, jusqu'à ce qu'il soit emmené dans « une zone », où il est devenu garde personnel pour Sao Phim.

Il était lié à Sao Phim, car sa grand-mère décédée était la cousine de Sao Phim. Il a vu Chea Sim, qui était l'officier de district de Ponhea Krek. Le témoin a confirmé que la fille de Sao Phim, Sy, était mariée au fils du comité de la zone nord-ouest, Ruos Nhim. Il a appris que Pol Pot avait tenté de monter un coup d'État. Il ne savait pas qui avait initié le coup d'État, il savait seulement que le Centre procédait à des arrestations contre l'Est. Il a ajouté que Sao Phim avait dit à Heng Samrin qu'ils se battraient à nouveau. Il a dit qu'ils avaient parlé de rassembler des forces et de combattre Pol Pot, juste dix jours avant la mort de Sao Phim. Selon le témoin, Sao Phim a dit à Heng Samrin qu'il se rendait à Phnom Penh pour parler à Pol Pot et « arranger les choses ». Il était certain d'avoir vu Nuon Chea à Suong, ajoutant que Nuon Chea y dormait dans le même bâtiment que les gardes du corps de Sao Phim. Il était présent lors du dernier voyage de Sao Phim à Phnom Penh. Il se souvient que c'était un convoi avec M. Oeng et huit autres personnes (dont Sao Phim), qui s'est rendu à Wat Ounalom. Finalement, ils ont été pris en embuscade à l'extérieur d'Akrey Ksatr et Oeng a réussi à s'échapper en se cachant dans les lacs sous les raisins secs. Il a été capturé et arrêté à Vihear Suork. Il a été reconnu puis relâché et placé dans un bureau de district, où l'officier en chef lui a dit que Sao Phim était en vie.

Plus tard, il a fui l'endroit et pendant le voyage a été informé de la mort de Sao Phim. Selon les villageois, Sao Phim s'est suicidé mais le témoin n'a jamais vu le corps lui-même. La dernière fois qu'il a vu Sao Phim vivant, c'était à Akrey Ksatr où ils ont été pris en embuscade.

1er décembre 2016 Journée d’audience n° 486, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 5 décembre 2016
2-TCCP-1063

La partie civile est originaire de la province de Svay Rieng. C'était un soldat de Lon Nol et, en tant que tel, il a été soi-disant emmené pour une session d'étude, mais en réalité, il devait être tué. Il a reçu deux boîtes de riz pour nourrir dix personnes après une dure journée de travail à creuser des canaux. Il a déclaré que les Khmers rouges les avaient expulsés de leur pays d'origine. Il rencontre Khieu Samphan et Svay Ampil Market, où ce dernier distribue du riz et des vêtements pour le voyage vers la zone sud-ouest. Le PC a cité Khieu Samphan disant que la révolution ne permettrait pas des classes différentes. Beaucoup de membres de sa famille ont été tués.

1er décembre 2016 Journée d’audience n° 486, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 30 novembre 2016
Mr. Seng Lytheng

Le témoin est né le 17 juillet 1946 dans la province de Kampong Thom. Il est le neveu de Pol Pot - son père est le frère aîné de Pol Pot.

Le témoin a déclaré qu'il n'avait jamais été membre du parti, mais qu'il était dans l'armée vietnamienne en 1970 et à nouveau en 1973 pendant trois ans. Il était principalement stationné à Kampong Thom et Siem Reap pour protéger Angkor Vat. Il a ensuite été basé à Kampong Cham, où les dirigeants étaient Pol Pot, Nuon Chea, Ieng Sary et Khieu Samphan. Il a confirmé que Pol Pot, Nuon Chea et Khieu Samphan mangeaient et travaillaient ensemble au quotidien. Il faisait également partie d'une unité mobile et faisait partie du ministère des Affaires étrangères, chargé de recevoir les invités. Il a témoigné sur l'identité de plusieurs collègues de l'époque.

Pendant ce temps, il était marié, mais c'était avec une femme de son choix et ils étaient le seul couple marié à cette époque. Il a travaillé comme garde pour Pol Pot. Il a été formé à la photographie en Chine.

29 novembre 2016 Journée d’audience n° 484
Ms. KHEAV Neab

La partie civile est née en 1952. Elle a épousé son premier mari, qui travaillait dans la coopérative, en 1973 et a eu deux enfants avec lui.

En 1974, il a été envoyé sur le champ de bataille et a ensuite travaillé au marché central de Phnom Penh. Il n'était pas un cadre mais il était un chef de groupe. Elle a été envoyée pour faire cuire du riz pour les évacués, que Khieu Samphan a distribué. Son mari a disparu en 1978 alors qu'il avait 25 ans, et elle ne l'a jamais revu. Elle a dû quitter Phnom Penh alors qu'elle était enceinte lorsque son mari a disparu ; elle a donné naissance à son bébé à son retour en 1979. Le PC avait également plusieurs oncles qui ont également disparu. Elle a vu Khieu Samphan alors qu'il distribuait des karmas bleu-blanc aux évacués de l'est.

Finalement, elle a été autorisée à faire cuire du riz à l'endroit où son mari était détenu, de sorte que son fils a pu le voir, même si elle ne l'était pas.

30 novembre 2016 Journée d’audience n° 485, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 29 novembre 2016
BEIT Boeurn (BIT Na), alias BIT Beuan

Le témoin est né en 1950 dans la province de Kandal, et a rejoint la révolution en 1971.

Elle a été affectée à diverses tâches avant 1975, comme aider les gens à cultiver du riz et à creuser la pourriture des arbres pour produire des médicaments. Son unité est arrivée à Phnom Penh après l'évacuation de la population. Elle était basée au stade où elle cousait des vêtements. En 1977, elle est affectée au Ministère du Commerce, en charge des achats. Son mari a été arrêté parce qu'il était chauffeur de Ta Hong ; Elle ne l'a jamais revu. Elle a assisté à une session d'étude où Pol Pot, Nuon Chea et Khieu Samphan ont pris la parole. Ils étaient encouragés à écraser les ennemis, même si les ennemis étaient leurs parents. Elle est tombée enceinte mais après l'arrestation de son mari, elle a été forcée d'avorter le bébé.

Elle a été envoyée à l'aérodrome de Kampong Chhnang. Tout le monde était très maigre et sans enfants. Elle a dit qu'ils étaient mal nourris.

Transcript of hearing on the substance in Case 002/02 – 28 November 2016 , Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 28 novembre 2016
2-TCCP-223

La partie civile vit dans la province de Pursat avant la révolution. Après 1975, il était messager à l'Université de Battambang aux côtés de Horn.

Il aidait à recevoir les visiteurs lorsqu'ils venaient pour des sessions d'étude. En 1977, Nuon Chea a déclaré que son père était un traître et que le PC a donc été amené à Phnom Penh. Son père et son oncle ont été arrêtés et envoyés à S-21. Il a travaillé avec Khan qui a travaillé avec Nuon Chea. Khan a déclaré que Nuon Chea avait donné l'ordre de démolir toutes les pagodes, car il était inutile de pratiquer des croyances religieuses. Tous les proches de son père ont été tués. A la connaissance du PC, ils ont purgé les gens de la zone nord-ouest et les ont remplacés par des cadres de la zone sud-ouest, environ 500-600 selon lui.

Dans sa déclaration de clôture, il a expliqué à quel point sa situation est désormais difficile - "inférieur aux animaux" - et à quel point il était difficile d'être séparé de sa famille, sans éducation, sans terre ni moyens de survie.

21 novembre 2016 Journée d’audience n° 481, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 22 novembre 2016
Mrs. THUCH Sithan

Le témoin est né le 2 janvier 1965 et réside actuellement à Paris. Elle a travaillé au ministère des Affaires sociales sous Ieng Tirith. Elle distribuait des médicaments parce qu'elle savait lire le français.

Lorsqu'elle travaillait au ministère, plusieurs de ses supérieurs sous Ieng Tirith ont disparu et ne sont pas revenus. Lors des réunions, on leur a dit qu'ils devaient écraser l'ennemi. Le mariage du témoin a eu lieu en septembre 1976 au ministère. Trois couples se sont mariés en même temps. Bong Sou a agi en tant que parents lors de la cérémonie. Elle ne connaissait pas bien son mari avant qu'ils ne reçoivent l'ordre de se marier. Elle a demandé de confirmer qu'il n'était pas marié en France. Elle a dû se forcer à l'épouser car en fait elle était amoureuse de sa secrétaire, qu'elle connaissait mieux et qu'elle trouvait plus belle.

Aucun membre de sa famille n'a assisté au mariage. Elle est tombée enceinte dans les six mois. Son mari a disparu trois mois plus tard. Elle a vu Nuon Chea parler lors d'une réunion et a rencontré Khieu Samphan.

21 novembre 2016 Journée d’audience n° 481, 22 novembre 2016 Journée d’audience n° 482
2-TCCP-235

La partie civile était un moine de la province de Kampot qui a été défroqué de force par la milice de « l'Angkar révolutionnaire » en 1971, alors qu'il avait 15 ans.

Il faisait partie de la division qui s'est emparée de Phnom Penh. Il a décrit des femmes les saluant avec des fleurs en entrant dans la ville, mais a déclaré que certains soldats avaient battu ces femmes et jeté les fleurs. Lui et les autres soldats ont été informés que les soldats de Lon Nol seraient tués. Il avait des amis et des frères et sœurs qui étaient des soldats de Lon Nol. Il les a trouvés et leur a dit d'enlever leurs uniformes et de mentir si on leur demandait qui ils étaient.

Il était dans la marine mais a ensuite été arrêté et condamné aux travaux forcés parce qu'ils pensaient qu'il était un espion ennemi. Il se souvient avoir vu Nuon Chea et Ta Mok ensemble lors du tournage d'une vidéo sur les combats entre la Chine et le Japon.

10 novembre 2016 Journée d’audience n° 479, 11 novembre 2016 Journée d’audience n° 480
2-TCW-913

Le témoin était moine jusqu'au 17 avril 1975, date à laquelle les 19 moines de sa pagode ont été défroqués de force.

Il a été transféré dans une coopérative de riz pendant quelques mois. Il faisait partie du groupe appelé "Monkey Forces" parce qu'il s'agissait de nouveaux arrivants. Il a été transféré dans une autre coopérative, où il a goûté de la nourriture pour les invités afin de s'assurer qu'elle n'était pas empoisonnée. Plus tard, il a été transféré dans la zone Est. Là, a-t-il déclaré, il était surmené et ne recevait pas assez de nourriture, alors certaines personnes ont essayé de trouver de la nourriture dans la forêt. Après cela, ils ont tous été rassemblés et arrêtés pendant 14 jours, période pendant laquelle ils n'ont reçu qu'un ou deux morceaux de pomme de terre par repas. Ils ont ensuite été emmenés pour être tués. Le témoin a été frappé plusieurs fois à la tête mais a réussi à survivre, tout comme un autre nommé Khan.

Ils se sont déliés et ont réussi à vivre plus d'un mois dans une grotte près de leur chantier qui avait été abandonné. Le témoin a dû boire sa propre urine pour survivre.

10 novembre 2016 Journée d’audience n° 479
2-TCW-1065

Le témoin a rejoint la révolution en tant que soldat en 1970 parce que feu le roi Sihanouk a dit à son peuple de le faire.

En 1971, il suit une formation médicale et devient infirmier au niveau du district, devenant chef de l'hôpital en 1976. Fin 1977, tous les commandants de sa division - y compris le témoin - sont convoqués à une réunion à laquelle il n'assiste pas parce qu'il était stationné sur le front de bataille. Tout le monde à la réunion a ensuite été arrêté. Après cela, le témoin s'est rendu compte que Pol Pot avait commis une trahison, car il avait envoyé des troupes pour arrêter ces commandants. Il a commencé à organiser la résistance contre Pol Pot, en se coordonnant avec le Vietnam pour le faire. Il s'est senti obligé de se cacher dans la jungle parce que Pol Pot tuait des gens au hasard. Selon le témoin, le conflit cambodgien-vietnamien a commencé en 1973 parce que les superpuissances soutenant chaque pays n'envoyaient pas des quantités égales de matériel. Il a témoigné qu'il y avait eu des réunions de stratégie tenues à Ho Chi Minh-Ville avant l'invasion. Le témoin était lié à Sao Phim et lui a parlé des actions de trahison de Pol Pot.

Après le renversement de ce dernier, le témoin a été placé en prison par les Vietnamiens. Le témoin a témoigné sur une variété de noms et de sujets liés à l'intervention vietnamienne au Cambodge et aux purges internes.

1er novembre 2016 Journée d’audience n° 474, 2 novembre 2016 Journée d’audience n° 475, novembre 2016 Journée d’audience n° 477, 8 novembre 2016 Journée d’audience n° 478
IENG Phan

Ieng Phan est né en 1952 dans la province de Takeo. Il a été promu dans les rangs de l'armée jusqu'au poste de commandant de régiment. Il a participé à l'attaque de Phnom Penh en 1975. Sa division a attaqué les Vietnamiens à la frontière en 1977, alors que les combats étaient encore sporadiques. Il se souvient de l'entrée des troupes vietnamiennes à Takeo, très loin de la frontière. La partie cambodgienne a subi plus de pertes parce que les Vietnamiens étaient mieux armés et plus nombreux. Alors ils essayaient souvent de frapper les Vietnamiens par derrière parce que dans un combat frontal ils auraient perdu – donc selon le témoin ils essayaient seulement de défendre leur territoire. Leurs ordres d'en haut étaient de faire exactement cela.

TRANSCRIPTION - PROCÈS PUBLIC Dossier n° 002/19-09-2007-CETC/CPI 31 octobre 2016 Journée d’audience n° 473, 1er novembre 2016 Journée d’audience n° 474
Mr. SOV Maing

Sao Maing est né en 1951 dans la province de Mondulkiri. Il était un soldat khmer rouge entre 1975 et 1979. Il était marié à sa femme qu'il connaissait auparavant et qu'il aimait. Il a décrit les affrontements frontaliers qui se sont produits entre les Cambodgiens et les Vietnamiens vers 1976 et se sont intensifiés en 1977-78. Il a dit qu'il n'y avait pas de combats à l'intérieur territoire vietnamien, seulement lorsqu'ils sont entrés au Cambodge.

27 octobre 2016 Journée d’audience n° 472
SAY Naroeun

Soy Naroeun est né en 1955 à Kampong Cham. Elle a été séparée de sa famille le 17 avril 1975.

Elle travaillait dans une unité mobile avec 20 à 30 autres femmes. Elle a été mariée de force en 1975. Elle était bouleversée parce que ses parents n'étaient pas là, mais elle a accepté de se donner à son mari car il y avait des miliciens qui allaient et venaient devant l'abri où ils dormaient. Elle est tombée enceinte bientôt. après mais a été forcé de travailler malgré tout. Elle a attrapé le paludisme à six mois et le bébé est mort parce qu'elle n'avait pas de médicament pour soigner son paludisme. Elle est tombée enceinte à nouveau et cette fois l'enfant a survécu. Sa sœur était également mariée, mais pas avant 1978, lorsque les conditions étaient bien pires. 11 de ses proches sont décédés.

25 octobre 2016 Journée d’audience n° 470
2-TCW-859

Il est promu chef de régiment trois mois après la chute de Phnom Penh. Il était en charge des troupes défendant la ville.

Il a déclaré qu'il était autorisé à employer ses propres stratégies pour se défendre sans communiquer avec les autres, car c'était le territoire cambodgien. Il a dit que le KR n'avait pas pour politique d'attaquer les Vietnamiens mais parce que ces derniers attaquaient, ils devaient les attaquer. Il s'est marié sans être forcé - il aimait sa femme, qui était une citoyenne ordinaire, et a demandé à son chef d'unité de l'épouser. Ses parents n'étaient pas présents. Il a dit que si les gens ne s'aimaient pas, ils n'avaient pas à se marier. Il n'avait jamais rencontré de personnes surveillées pour s'assurer qu'elles consommaient un mariage. Il a répété à plusieurs reprises que les troupes cambodgiennes qui combattaient avec les troupes vietnamiennes ne faisaient que défendre leur pays.

25 octobre 2016 Journée d’audience n° 470, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 26 octobre 2016
NGET Chat

Nget Chat est née dans la province de Pursat, où elle vit aujourd'hui. Elle a évité de justesse l'exécution en 1978, mais pas son mari. Elle a été forcée de se marier trois ou quatre jours après sa disparition. Toute sa famille a été tuée. Son mari et sa famille étaient Kampuchea Krom. On lui a dit de se remarier parce qu'elle avait des enfants et de penser à leur destin.

24 octobre 2016 Journée d’audience n° 469, 25 octobre 2016 Journée d’audience n° 470
Mr. KUL Nem

Kul Nem est né vers 1956 dans la province de Takeo. Il a été déplacé au bras de Phnom Penh à Kratie puis Mondulkiri en 1975. Il a été forcé de se marier là-bas, bien qu'il ait déjà un fiancé dans son village. Il se sent encore coupable à ce jour. Sa femme est tombée enceinte mais elle a fait une fausse couche parce qu'elle était épuisée​ d'être surmené. Il a été envoyé au K-11, ce qui était une punition. Sa femme était de l'ethnie Pnong.

24 octobre 2016 Journée d’audience n° 469
PREAP Sokhoeurn

Le témoignage de Mme PREAP Sokhoeurn est en relation avec la réglementation du mariage.

Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 20 octobre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 24 octobre 2016
Ms. PREAP Sokhoeum 20 octobre 2016 Journée d’audience n° 468

Pagination