Case 002 Witnesses, experts and Civil Parties

Witnesses, experts and Civil Parties who have appeared in Case 002. Click on photo for larger version.

2-TCCP-1063

La partie civile est originaire de la province de Svay Rieng. C'était un soldat de Lon Nol et, en tant que tel, il a été soi-disant emmené pour une session d'étude, mais en réalité, il devait être tué. Il a reçu deux boîtes de riz pour nourrir dix personnes après une dure journée de travail à creuser des canaux. Il a déclaré que les Khmers rouges les avaient expulsés de leur pays d'origine. Il rencontre Khieu Samphan et Svay Ampil Market, où ce dernier distribue du riz et des vêtements pour le voyage vers la zone sud-ouest. Le PC a cité Khieu Samphan disant que la révolution ne permettrait pas des classes différentes. Beaucoup de membres de sa famille ont été tués.

1er décembre 2016 Journée d’audience n° 486, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 30 novembre 2016
Ms. KHEAV Neab (KHIEV Neab)

La partie civile est née en 1952. Elle a épousé son premier mari, qui travaillait dans la coopérative, en 1973 et a eu deux enfants avec lui.

En 1974, il a été envoyé sur le champ de bataille et a ensuite travaillé au marché central de Phnom Penh. Il n'était pas un cadre mais il était un chef de groupe. Elle a été envoyée pour faire cuire du riz pour les évacués, que Khieu Samphan a distribué. Son mari a disparu en 1978 alors qu'il avait 25 ans, et elle ne l'a jamais revu. Elle a dû quitter Phnom Penh alors qu'elle était enceinte lorsque son mari a disparu ; elle a donné naissance à son bébé à son retour en 1979. Le PC avait également plusieurs oncles qui ont également disparu. Elle a vu Khieu Samphan alors qu'il distribuait des karmas bleu-blanc aux évacués de l'est.

Finalement, elle a été autorisée à faire cuire du riz à l'endroit où son mari était détenu, de sorte que son fils a pu le voir, même si elle ne l'était pas.

30 novembre 2016 Journée d’audience n° 485, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 29 novembre 2016
2-TCCP-223

La partie civile vit dans la province de Pursat avant la révolution. Après 1975, il était messager à l'Université de Battambang aux côtés de Horn.

Il aidait à recevoir les visiteurs lorsqu'ils venaient pour des sessions d'étude. En 1977, Nuon Chea a déclaré que son père était un traître et que le PC a donc été amené à Phnom Penh. Son père et son oncle ont été arrêtés et envoyés à S-21. Il a travaillé avec Khan qui a travaillé avec Nuon Chea. Khan a déclaré que Nuon Chea avait donné l'ordre de démolir toutes les pagodes, car il était inutile de pratiquer des croyances religieuses. Tous les proches de son père ont été tués. A la connaissance du PC, ils ont purgé les gens de la zone nord-ouest et les ont remplacés par des cadres de la zone sud-ouest, environ 500-600 selon lui.

Dans sa déclaration de clôture, il a expliqué à quel point sa situation est désormais difficile - "inférieur aux animaux" - et à quel point il était difficile d'être séparé de sa famille, sans éducation, sans terre ni moyens de survie.

21 novembre 2016 Journée d’audience n° 481, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 22 novembre 2016
2-TCCP-235

La partie civile était un moine de Kampot qui a été décapité de force par la milice révolutionnaire en 1971 alors qu'il avait 15 ans.

Il faisait partie de la division qui occupait Phnom Penh. Il a décrit des femmes qui les ont accueillis avec des fleurs lorsqu'ils sont entrés dans la ville, mais a déclaré que certains soldats les avaient battus. Cela a jeté les fleurs. Lui et d'autres soldats ont été informés que Lon Nol serait tué. Il avait des amis et des parents qui étaient des soldats de Lon Nol. Il les a trouvés et leur a dit d'enlever leurs uniformes et de mentir si on leur demandait qui ils étaient.

Il était dans la marine mais a ensuite été arrêté et mis à rude épreuve parce qu'ils pensaient qu'il était un espion ennemi. Il se souvient avoir vu Nuon Chea et Ta Mok ensemble lors du tournage d'une vidéo sur les combats entre la Chine et le Japon.

Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 10 novembre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 11 novembre 2016
NGET Chat

Nget Chat est née dans la province de Pursat, où elle vit aujourd'hui. Elle a évité de justesse l'exécution en 1978, mais pas son mari. Elle a été forcée de se marier trois ou quatre jours après sa disparition. Toute sa famille a été tuée. Son mari et sa famille étaient Kampuchea Krom. On lui a dit de se remarier parce qu'elle avait des enfants et de penser à leur destin.

24 octobre 2016 Journée d’audience n° 469, 25 octobre 2016 Journée d’audience n° 470
SAY Naroeun

Soy Naroeun est né en 1955 à Kampong Cham. Elle a été séparée de sa famille le 17 avril 1975.

Elle travaillait dans une unité mobile avec 20 à 30 autres femmes. Elle a été mariée de force en 1975. Elle était bouleversée parce que ses parents n'étaient pas là, mais elle a accepté de se donner à son mari car il y avait des miliciens qui allaient et venaient devant l'abri où ils dormaient. Elle est tombée enceinte bientôt. après mais a été forcé de travailler malgré tout. Elle a attrapé le paludisme à six mois et le bébé est mort parce qu'elle n'avait pas de médicament pour soigner son paludisme. Elle est tombée enceinte à nouveau et cette fois l'enfant a survécu. Sa sœur était également mariée, mais pas avant 1978, lorsque les conditions étaient bien pires. 11 de ses proches sont décédés.

25 octobre 2016 Journée d’audience n° 470
Mr. KUL Nem

Kul Nem est né vers 1956 dans la province de Takeo. Il a été déplacé au bras de Phnom Penh à Kratie puis Mondulkiri en 1975. Il a été forcé de se marier là-bas, bien qu'il ait déjà un fiancé dans son village. Il se sent encore coupable à ce jour. Sa femme est tombée enceinte mais elle a fait une fausse couche parce qu'elle était épuisée​ d'être surmené. Il a été envoyé au K-11, ce qui était une punition. Sa femme était de l'ethnie Pnong.

24 octobre 2016 Journée d’audience n° 469
PREAP Sokhoeurn

Le témoignage de Mme PREAP Sokhoeurn est en relation avec la réglementation du mariage.

Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 20 octobre 2016, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 24 octobre 2016
Ms. PREAP Sokhoeum 20 octobre 2016 Journée d’audience n° 468
Mrs. PEN Sochan

Pen Sochan est né dans la province de Pursart. Elle vivait chez ses parents avant d'être transférée dans un autre village.

Elle s'est mariée vers 15 ou 16 ans avec 12 autres couples alors qu'elle était dans une unité mobile, où elle fabriquait de l'engrais. Elle a refusé les demandes de son chef d'unité, qui lui a demandé si elle était mature car elle était déjà sur la liste du camarade Oeun. Aucun de ses proches n'était là. Le camarade Oeun a déclaré que se marier et avoir des enfants étaient les instructions de l'Angkar. Elle a dit qu'ils ont construit un plancher de bambous qu'ils ont divisé en douze chambres pour les douze couples. Elle a été menacée de mort si elle ne consommait pas son mariage la troisième nuit. Elles étaient surveillées par des miliciens qui ont dit à son mari de la violer et de la battre, ce qu'il a fait. Les miliciens leur rappelaient toujours qu'ils devaient faire des enfants pour l'Angkar. Elle était jeune et effrayée. Elle souffrait beaucoup et sa mère ne pouvait pas l'aider.

Elle s'est mariée une seconde fois avec un soldat qui avait beaucoup d'autres épouses. Elle a également été battue et violée par lui et a eu six enfants avec lui. Elle a déclaré que sa vie était douloureuse. Elle a beaucoup souffert physiquement et psychologiquement car elle a perdu de nombreux membres de sa famille et a été forcée de se marier.

12 octobre 2016 Journée d’audience n° 463, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 13 octobre 2016
Ms. HENG Lai Heang

HENG Lai Heang est née en 1950 dans la province de Kratie, où elle et sa famille vivaient dans une communauté agricole communale.

En 1971, elle a rejoint le mouvement révolutionnaire lorsque des hommes de la jungle les ont exhortés à se joindre pour libérer le pays. Elle faisait partie d'un comité local, elle était donc chargée de diffuser des informations sur la révolution aux gens de base dans tous les villages. Au cours de cette période, elle a été témoin de nombreuses cérémonies et sélections pour le mariage. En 1976, ses superviseurs du comité du secteur 505 dans la zone nord-est ont arrangé son mariage. Elle a refusé plusieurs fois mais quand ils ont utilisé le mot « têtu » pour la décrire, elle a accepté l'arrangement pour sa sécurité. Pour elle, c'était une résistance contre ce nouveau pouvoir si elle n'acceptait pas. Elle est tombée enceinte un an après son mariage, mais son mari a été arrêté en 1978 et elle a été accusée d'être liée à un traître. Il a été envoyé à une session d'étude et n'est jamais revenu. Elle a été emmenée sur un chantier pour épouses de traîtres dans la province de Kratie.

En ce qui concerne la politique contre les Vietnamiens, elle a déclaré que cette politique a été initiée au niveau local au début et a été diffusée au district par la suite. Cela a été établi en raison du conflit entre les Khmers rouges et les Vietnamiens. Tous, même métis,
ont été brisés. Ce fut le cas de la famille de son oncle.

19 septembre 2016 Journée d’audience n° 457
Ms. MOM Vun

Mom Vun was born in 1948 in Siem Reap province, where she lived before 1975. Her husband was Tan Him.

She was assigned to harvest rice when her child was young; when her child died she was assigned to build dykes. Her older siblings were accused of being traitors and killed. Her mother died from sickness. She was
forced to re-marry within a few months of her husband’s disappearance in 1975. Two days before her marriage she was held at gunpoint and raped by five men, one by one. She and her husband didn’t like each other but they felt they had no choice but to get married or be killed. She didn’t inform her family of the wedding because it wasn’t done in the traditional way. Although they tried to avoid consummating the marriage, militiamen held torches on them and forced her husband’s penis into her.

She separated from her husband in 1984. At a meeting in 1976 she saw Nuon Chea speak.

16 septembre 2016 Journée d’audience n° 456
Ms. CHEA Dieb
CHEA Dieb (CHEA Deap)

Mme CHEA Dieb est née en avril 1954 dans le village de Pramat Dei, province de Kampong Cham. Elle est rizicultrice et a quatre enfants. Elle a rejoint l'armée en 1974 et a suivi les camarades Han et Hean dans l'unité mobile chargée de transporter les soldats blessés du champ de bataille.

Avant la chute de Phnom Penh, ils se trouvaient près de la ville autour de Wat Nom et elle transportait les munitions, les corps, les biens retrouvés, le butin de guerre stocké en entrepôt et elle participait également aux combats. Après, elle a été transférée dans une unité textile où ils devaient produire cent jupes et chemises par jour. En 1978, elle a été envoyée à l'unité textile O'Russey car elle était soupçonnée d'être liée aux dirigeants de l'ancien régime. Elle a déclaré avoir vu Khieu Samphan deux fois. Lors de la réunion à Wat Long, celui-ci a dit que les femmes devaient travailler et épouser un homme. En particulier, il a parlé aux jeunes de « produire » des enfants pour protéger le pays. Il a dit que 19-25 ans et 30-35 ans étaient les tranches d'âge pour se marier. Ils ont organisé des mariages, mais elle a refusé car elle voulait servir le régime. Cependant, la deuxième fois, elle n'a pas pu refuser et elle a suivi le conseil de l'Angkar. Il y avait douze couples. Les hommes étaient handicapés ; par exemple la sienne avait un problème à sa jambe. Il avait 26 ans et elle en avait 19. Ils ont prononcé un engagement et après cela ils ont été divisés en quatre groupes. Ils étaient surveillés et s'ils voulaient être séparés ou ne consommaient pas leur mariage, ils étaient envoyés en rééducation. Elle a donné l'exemple d'un homme qui n'aimait pas les femmes mais les hommes et qui a été transféré pour être rééduqué. Après cela, il a consommé son mariage et sa femme était enceinte. Selon elle, elle a été forcée de se marier.

Elle a parlé de sa souffrance, de sa perte et de la difficulté d'en parler aujourd'hui. Elle avait peur tout le temps, car le simple fait d'être accusé de quelque chose suffisait à les envoyer en rééducation ou à être tués.

30 août 2016 Journée d’audience n° 447, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 31 août 2016
Mr. SENG Soeun

La partie civile est née en 1956 dans le village de Trapeang Kak, province de Takeo. Il a commencé à apprendre l'art lorsqu'il a rejoint le Parti communiste du Kampuchea en 1970 et après avoir rejoint l'armée.

Il a été nommé chef de groupe et membre titulaire de la carte du Parti. Il a été promu chef de compagnie mais a été blessé sur le champ de bataille et envoyé dans un complexe de soldats handicapés du secteur 13 à la mi-1975, puis transféré dans une zone gardée pour handicapés dans le sud-ouest. Pendant son repos, il a vu des hommes handicapés forcés de se marier avec des femmes célibataires de la province de Kampot par devoir patriotique. Ils étaient âgés et handicapés, de sorte que les Khmers rouges ont estimé qu'ils devaient organiser leur mariage conformément à la politique de Ta Mok. Il était en charge du bureau de district, il était donc responsable des biographies d'hommes et de femmes pour organiser leurs mariages et choisir qui devait épouser qui. Il a expliqué qu'il y avait toujours 20 à 30 couples qui se mariaient en même temps. Il a dit que les gens pouvaient refuser cet arrangement, mais personne ne l'a fait parce qu'ils avaient trop peur d'être tués. Il a essayé de refuser de se marier mais la troisième fois il a accepté car la femme était une cousine de son chef Phoan et c'était une culture de la peur sous le régime. Trois couples se sont mariés en même temps. Selon lui, il ne s'agissait pas d'un mariage forcé, mais plutôt d'un plan sectoriel sur le parti communiste du Kampuchéa démocratique. Il a été informé de ce plan par son chef et il a été diffusé dans tout le pays. Les femmes et les hommes d'un certain âge devaient se marier, c'est devenu une règle, et les femmes devaient être plus jeunes que les hommes de trois à cinq ans.

Il a choisi d'utiliser la notion de mariage arrangé. Il a demandé aux tribunaux de constater sa souffrance et que les rangs inférieurs soient jugés aux CETC parce qu'ils ont modifié et ruiné la ligne du parti selon lui.

29 août 2016 Journée d’audience n° 446, Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 30 août 2016
2-TCCP-232​

Avant 1975, la partie civile était étudiante et policière.

Il a expliqué qu'au début les soldats khmers rouges étaient très gentils et que personne ne se doutait de rien. Il a finalement été autorisé à se rendre à Kampot mais il a vécu dans de mauvaises conditions et il a fini à l'hôpital communal. Après cela, il a été transféré au district 107 pour avoir travaillé dans une unité spéciale chargée de transporter de lourds paniers de terre. Au milieu de l'année 1978, la partie civile est contrainte de se marier car il est considéré comme un travailleur acharné. Il a finalement accepté après avoir demandé s'il pouvait se marier avec la femme avec qui il était fiancé mais son frère a été tué par les Khmers rouges. Le chef de l'unité a dit qu'ils étaient fils et filles de l'Angkar et que pour cette raison ils ne pouvaient pas refuser le mariage. CP a déclaré que certaines personnes étaient autorisées à choisir qui elles épousaient, mais uniquement des hommes et uniquement si leurs biographies étaient compatibles. Une nuit, les chefs ont appelé 50 hommes et 50 femmes. Chaque couple devait prononcer un vœu officiel. Il ne connaissait pas sa future femme. Après la cérémonie, ils ont continué à travailler mais la nuit, ils ont dû consommer leur mariage. Cependant, ils ne pouvaient pas parce qu'ils étaient épuisés, maigres et sans sentiments sexuels.

Il a dit qu'ils devaient prétendre qu'ils s'aimaient comme mari et femme et qu'ils étaient surveillés pour voir s'ils avaient des relations sexuelles. Il a dit que ces cérémonies étaient différentes des cérémonies traditionnelles parce qu'ils n'ont pas demandé à leurs parents, qui n'étaient pas là pendant le mariage, ils ne se connaissaient pas et ils ont été menacés de mort. Pour lui, ce fut une période vraiment difficile, comme vivre en enfer.

Dossier n° 002/19-09-2007-CETC/CPI 25 août 2016 Journée d’audience n° 445
2-TCCP-274

La partie civile vivait avec sa famille dans l'unité 7 du village de Ta Ong, commune de Ta Ong en 1975.

Après la chute de Phnom Penh, elle a été transférée dans le district de Chamkar Leu de la province de Kampong Cham. Elle s'est mariée sous le régime de Lon Nol et a eu un enfant, mais son mari a été tué après avoir rejoint l'armée révolutionnaire. Au début de 1978, elle s'est mariée une deuxième fois lorsqu'elle est arrivée à l'unité 7. La partie civile a dit qu'elle avait été menacée parce qu'elle avait déjà un enfant et ils lui ont dit que si elle ne se mariait pas, ils le lui retireraient. De plus, le témoin a expliqué qu'elle avait un cousin qui a refusé de se marier et qui a été tué à cause de cela. Elle n'a donc pas protesté. Il y avait 13 couples qui se sont mariés en même temps qu'elle. Elle a décrit la cérémonie : ses parents n'étaient pas là parce qu'elle n'avait pas eu le temps de leur en parler, il n'y avait pas de musique ou de danse traditionnelle ou quoi que ce soit d'autre. Son nouveau mari était de plus de 20 ans son aîné. Elle ne l'aimait pas et lors de leur première nuit ensemble, elle l'a jeté. Cette action la conduisit devant le chef de section, le camarade Penh. La partie civile a expliqué que lors de cette rencontre avec le camarade Phan, il l'a violée à cause de sa désobéissance malgré la politique de la morale.

Le témoin a déclaré à la Chambre de première instance qu'après cela, elle a consommé son mariage avec son mari parce qu'ils étaient surveillés par des miliciens. Finalement, elle a eu un enfant à la fin de 1978. Elle a dit que les conditions de vie étaient difficiles, même si elle était enceinte, elle devait travailler dur et elle ne pouvait pas se reposer.

23 août 2016 Journée d’audience n° 443 , Transcription de l'audience sur le fond dans l'affaire 002/02 – 22 août 2016
SOU Sotheavy

La partie civile est née en 1940 dans le village de Koh Tang, commune de Tralach, province de Takeo. Elle est rizière et transgenre.

Ses parents ont été tués sous le régime de Pol Pot. Bien qu'elle soit née en tant qu'homme, avant 1975, elle avait vécu en tant que femme. À l'époque des Khmers rouges, elle est devenue lui, car elle a dû se marier lorsqu'elle a été évacuée de la montagne Son Nol, une prison de rééducation. Lorsqu'elle a été transférée dans un village du district de Bantay, elle a tenté de refuser de se marier parce que sa mère était en mauvaise santé et que sa famille ne pouvait pas être là pour la cérémonie. 107 couples ont été appelés dans la même chambre sans savoir ce qui se passait. Ils ont dû se choisir dans le noir. La partie civile s'était entretenue avec sa future épouse pour lui demander de pouvoir se reconnaître au foulard. Elle a dit que personne n'avait refusé de se marier parce que c'était une situation psychologiquement tendue. Certains de ses amis transgenres ont décidé de se suicider ou d'autres ont été abattus. La cérémonie n'a pas été organisée selon la tradition khmère. Elle a parlé aussi des militaires qui les surveillaient pour savoir s'ils consommaient leur mariage. Elle et sa femme ont dû boire beaucoup d'alcool pour pouvoir le faire, car la partie civile n'était pas attirée par les femmes. Ils devaient faire un vœu à l'Angkar, s'engager dans le mariage et produire des enfants car l'Angkar l'exigeait pour augmenter la population et protéger le pays. Après cela, ils l'ont envoyée travailler et elle n'a plus jamais revu sa femme et sa fille. La partie civile a également évoqué des salles d'interviews, des outils de torture et des cris qu'elle a entendus. Elle a vécu dans beaucoup d'endroits différents, la plupart du temps en prison.

Elle a dit qu'elle n'avait rien à dire à l'accusé, à quel point il avait souffert parce qu'il avait tout perdu : sa famille, comment elle avait été forcée de se marier, elle avait été abusée sexuellement, avait des blessures physiques, la vue est mauvaise, la jambe droite est handicapée à cause de les chaines etc...

23 août 2016 Journée d’audience n° 443 , Transcript of hearing on the substance in Case 002/02 – 24 August 2016
MY Savoeun (MEY Savoeun)

La partie civile, My Savoeun, a décrit la situation chaotique des soldats de la zone Est de 1976 à 1978. Avant que la partie civile Mey Savoeun ne soit envoyée à Pursat en 1978, la partie civile a été arrêtée et détenue dans le district de Me Sang (province de Prey Veng) où il était forcé de creuser le sol. La partie civile a ensuite été arrêtée alors qu'elle portait l'uniforme militaire à la pagode de Kranhung et détenue à proximité. Il a été traîné derrière un vélo, battu et interrogé avant d'être relâché.

La partie civile a témoigné que d'autres qui ont avoué pendant leur détention ont été tués. La partie civile a de nouveau été arrêtée avec sa mère dans la province de Svay Rieng, mais a échappé à la détention dans une prison car des combats avec des Vietnamiens ont éclaté.

TRANSCRIPTION - PROCÈS PUBLIC Dossier n° 002/19-09-2007-CETC/CPI 17 août 2016 Journée d’audience n° 440
Mme.KANN Sunthara

Mme KAUN Sunthara est née en 1952. Elle a déclaré que le 17 avril 1975, elle et sa famille avaient reçu l'ordre de quitter Phnom Penh.

Ils sont partis le lendemain matin à pied vers la province de Kandal. À l'époque, elle était enceinte de près de neuf mois. Elle a accouché avec l'aide de sa sœur et de sages-femmes qui avaient environ douze ans. Elle n'a reçu aucun médicament et afin d'avoir suffisamment de nourriture pour produire du lait maternel, elle a fait cuire des feuilles avec du sel. En juin 1977, son fils est mort à l'âge de deux ans parce qu'il était si
émacié. Sa fille, alors âgée de cinq ans, contracta la dysenterie et mourut en décembre de la même année. En 1976, les hommes et les femmes ont été séparés et placés dans une unité mobile. Tous les dix jours, ils
ont été autorisés à rentrer chez eux. Son mari n'a pas pu rentrer chez lui pour voir leurs enfants avant leur mort. Elle s'est rendue sur le lieu de travail de son mari où on lui a dit que son mari avait été emmené.

En 1979, elle apprit que son frère avait été tué à S-21. Elle a vu les photos de son frère et de sa belle-sœur à S-21, mais n'a pas pu retrouver celles de leurs deux enfants adoptés.

15 août 2016 Journée d’audience n° 438
Mr. CHAU Khim

La partie civile était un militaire de la commune de Koh Keo, district de Lvea Em dans la province de Kandal.

Il était attaché à l'unité 148 qui était toujours à Koh Keo lorsque la zone a été libérée. Il a ensuite été transféré dans la province de Prey Veng où il a construit des canaux, des systèmes de digues et des routes et a travaillé dans les rizières. Il a dit que Sao Phim, le secrétaire de zone à l'époque, avait encouragé une rébellion dans la zone Est et avait dit aux forces de se battre contre les soldats du Sud-Ouest. Des avions ont largué des tracts qui "encourageaient toutes les personnes et forces ainsi que les fonctionnaires de la zone Est à se rendre avec les forces de l'Ouest et du Sud-Ouest". Le tract disait qu'ils n'avaient pas « trahi la nation », seuls les dirigeants, comme Sao Phim et sa femme, avaient trahi le pays. Il a fui le champ de bataille et a été arrêté, échappant de peu à l'exécution, avant d'être envoyé dans la province de Prey Veng où il a été affecté à une unité mobile. C'est là qu'on lui a dit que l'Angkar exigeait qu'ils se marient.

Il était marié à une femme qu'il ne connaissait pas aux côtés d'une soixantaine d'autres couples. Ils étaient surveillés par des miliciens pour s'assurer que le mariage était consommé.

15 août 2016 Journée d’audience n° 438
Mr. YUN Bin

M. YUN Bin est né en 1955. Il a été envoyé vivre sur l'île de Kos Au Tanseng lorsque les Khmers rouges ont pris le pouvoir. Ici, il a été chargé de construire des canaux et des digues, de défricher les forêts et de repiquer des plants de riz.

Le 25 mai 1978, il est appelé à participer à une session d'étude avec neuf autres jeunes de plusieurs quartiers. Il a été attaché avec une corde et emmené en véhicule sur un site d'exécution. Il y avait 40 personnes au total dont quatre femmes. Il a été battu avec une hache jusqu'à ce qu'il perde connaissance et jeté dans un puits. Lorsqu'il a repris connaissance, il était couvert de quatre ou cinq cadavres. Ceux qui n'étaient pas morts criaient. Les soldats ont jeté des grenades dans le puits jusqu'à ce qu'il y ait silence. M. Yun a demandé aux âmes de ceux qui sont morts de l'aider à survivre et à s'échapper du puits. Il leur a promis qu'il leur rendrait justice. Il a réussi à se libérer de la corde attachée autour de ses poignets et s'est échappé. Il est retourné au village de ses parents à Kampong Thom où il s'est caché à l'intérieur de leur maison.

Plus tard, il s'est enfui avec son père dans la forêt lorsque les gens ont été expulsés du village en 1978. Son père est tombé malade et est décédé.

15 août 2016 Journée d’audience n° 438
Ms. PHOUNG Yat

PHOUNG Yat est née le 15 avril 1960. Elle est agricultrice dans les rizières.

En 1975, deux de ses frères et sœurs ont été enrôlés dans l'armée. Elle a entendu dire qu'une de ses sœurs était allée à PP, s'était mariée et avait travaillé dans une usine, mais elle n'a jamais su ce qui lui était arrivé. Dans la prison de Tuol Sleng, la partie civile a trouvé les photos de ses frères et sœurs exposées. En voyant cela, elle pleura jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse. Elle a déclaré au tribunal que sa sœur avait fui leur village natal parce qu'elle ne voulait pas épouser l'homme qu'elle devait épouser.

Elle est restée cachée jusqu'à la fin du régime, ce qui, selon Mme Phoung, était la seule raison pour laquelle elle a survécu.

Transcript of hearing on the substance in Case 002/02 – 11 August 2016
Ms. ROS Chuor Siy

ROS Chuor Siy est née le 20 septembre 1938. Elle vit à Paris avec trois enfants.

En 1975, elle et son mari ont quitté Paris, où il avait obtenu un doctorat en aviation et travaillait pour Air France et Air Cambodge, pour retourner au Cambodge grâce à une campagne de sensibilisation organisée par Ieng Sary encourageant les expatriés à revenir pour aider à reconstruire le Cambodge. En arrivant à l'aéroport de Phnom Penh avec leurs jeunes filles, elle et son mari ont été surpris qu'aucun membre de leur famille ne soit là pour les accueillir. Selon Mme Ros, alors qu'ils roulaient sur les routes, c'était étrangement calme, et elle et son mari se sont inquiétés. Au bureau central, elle a rencontré deux hommes âgés qu'elle avait connus quelques mois avant leur retour au Cambodge. Ils étaient émaciés et en mauvais état. Elle a vu sa sœur qui était également revenue six ou sept mois avant elle. Sa sœur n'avait pas non plus vu leurs parents. Mme Ros a déclaré que l'état physique de sa famille s'était aggravé car ils avaient été déplacés à plusieurs reprises par l'Angkar. En décembre 1976, son mari vint lui dire qu'il avait été chargé d'une tâche spéciale. Il lui a dit de ne pas s'inquiéter, de travailler dur et de s'occuper d'elle et de leurs filles, qu'ils se reverraient. Elle et ses filles ont été déplacées à plusieurs reprises, ce qui l'inquiétait beaucoup car elle s'éloignait de son mari. Elle n'a pas abandonné l'espoir qu'ils seraient bientôt réunis. L'Angkar lui a dit à plusieurs reprises que ce serait le cas. En 1979, elle avait perdu espoir. Après la libération de Phnom Penh, elle s'est rendue au musée du génocide de Tuol Sleng et y a trouvé une photographie de son mari parmi les prisonniers ; elle savait qu'il avait été tué et ne pouvait imaginer la douleur et la torture qui lui avaient été infligées avant sa mort.

Elle voulut crier, elle faillit s'évanouir, mais une voix lui dit qu'elle devait rester forte. Après ce moment, elle a réalisé qu'elle ne pouvait pas élever ses enfants dans un tel pays. Elle a vendu tout ce qu'elle possédait et est retournée en France. Elle n'a jamais découvert le sort de ses parents.

Transcript of hearing on the substance in Case 002/02 – 11 August 2016
Mr. CHHE Heab

Che Heap est né le 1er février 1961. Avant la chute de Phnom Penh, il vivait dans le district de Kampong Tom avec sa famille.

Son frère, un soldat KR, l'a emmené avec plusieurs frères et sœurs vivre à Phnom Penh. Son frère faisait partie d'une unité logistique. Une fois, lorsqu'il est allé rendre visite à son frère, il n'était pas là et quelqu'un a pointé du doigt le Che et a dit qu'il était le frère d'un traître. Après cela, le Che a tenté de cacher sa biographie parce que son frère était accusé d'être un traître. Lorsqu'il a demandé la permission de rentrer chez lui, elle ne lui a pas été accordée. Après la guerre, il apprit que son frère avait été emmené à Tuol Sleng. La femme de son frère n'en a jamais été informée et peu de temps après sa disparition, elle et ses enfants ont été emmenés dans une pagode. Elle l'est encore. La partie civile a déclaré que cinq de ses frères et sœurs avaient disparu, pour ne plus jamais être revus.

Il a témoigné devant le tribunal parce que son frère a beaucoup sacrifié à la lutte et au régime. Ses frères ont soutenu le KR, ont rejoint le régime et ont laissé leurs parents derrière eux pour qu'ils soient tous arrêtés et ne soient jamais revenus ; selon M. Che, seuls trois des frères et sœurs ont survécu. La famille ne pouvait pas se permettre de faire un rituel pour ses frères et sœurs. Ils pleurent à chaque fois qu'ils pensent à eux.

Transcript of hearing on the substance in Case 002/02 – 11 August 2016

Pagination